wp98a3a234.png
wp39cc8232.png

© 2010 SOPHIA L’ensemble des documents du site est sous copyright

 







wp06141f52.png

Créé par Serif

Site Universitaire de recherche sur l’histoire de la médecine spiritualiste

wpb82c2f5b_0f.jpg

 

wpd540248c.png
wpf9ea76a3_0f.jpg
Michael Maier naquit dans le Holstein en Allemagne.  il fut nommé docteur en médecine et en philosophie en 1601. Il entra successivement au service de l'empereur d'Autriche, du landgrave Maurice de Hesse, du duc de Magdebourg. En 1609, auprès de Rudolph II, il reçut le titre de comte Palatin. Sur le plan ésotérique, il contribua au développement de la fraternité des Rose-Croix, notamment en Angleterre et en Allemagne .

Docteur Michael Maier (1568-1622)

 

Dans le «SILENTIUM POST CLAMORES» (Traduit  en français, en 2010), il présente des données inédites sur : l'Ordre de la Rose-Croix. Ce livre écrit par Michael MAIER pour défendre cette fraternité est édité en 1617. L'auteur y propose des explications et une défense de cette Fraternité ésotérique, philosophique et mystique. Il lève de nombreux voiles secrets sur son rôle, et montre notamment quels sont les origines et les idéaux de «cet Ordre et Fraternité des Rose-Croix ». Ce document a donc une grande valeur historique pour tous ceux qui sont intéressés par l’ésotérisme, puisqu’il prouve véritablement l’existence de la Rose-Croix, et ce dès le début du XVIIème siècle (une existence qui a quelquefois été contestée par certains auteurs ignorant le contenu de ce «post Clamores»…).

 

 

 

wp6bcc7581_0f.jpg
wpd3236696.png

Sources archives :

http://www.rose-croix.org/

 

En 1618 Maier donne plus d’’explications sur cet Ordre ésotérique dans la «THEMIS AUREA »  ;  il ne s’agit plus là d’apologie mais de la description des principes et des lois de l’ordre. Un ordre composé de médecins ; Il y adécrit le symbolisme des lettre R.C. , donne le code cryptographique de ses autres ouvrages.

  wp00b6045c_0f.jpg :

Voici le résumé des chapitres de la Themis tels qu’ils figurent dans la première traduction récente en français de cette oeuvre :

CHAPITRE I

Preuve que ceux qui veulent tirer d’avantageux profit et usage de toutes les lois et règles établies par la déesse THEMIS Thémis chez les anciens, doivent être en mesure de les respecter.

 

CHAPITRE II

Preuve que toutes les lois et les règles inconnues des profanes qui ont été édictées par le premier fondateur de la société R.C. peuvent être considérées comme bonnes et équitables.

 

CHAPITRE III

Ce que sont les influences générales de ces lois, en fonction des diverses circonstances, des lieux, des moyens, de la finalité et du temps.

 

CHAPITRE IV

Au sujet de la première loi de cet Ordre et de l’excellence de la médecine ou art curatif à qui cette société a donné la préférence par rapport aux autres arts.

 

CHAPITRE V

Au sujet de la manière de traiter avec des remèdes doués de remarquables propriétés occultes dont les frères de cette société font usage, qui sont au plus haut point utiles à la Nature humaine et qui plus que d’autres sont opposés à la maladie.

 

CHAPITRE VI

Que même si d’autres médecins méritent honnêtement leur salaire, cependant les FRATRES frères de cette société soignent chaque malade gratuitement et ne font pas cela pour l’or et le salaire

 

CHAPITRE VII

Description et réfutation de certains abus en médecine et en premier à l’encontre des trop longues ordonnances qui sont prescrites non pour l’intérêt du patient et pour guérir de la maladie mais pour le profit des pharmaciens et la renommée du MEDICI médecin de telle sorte qu’il ne passe pas pour un empirique *(1) alors qu’on aurait pu faire avorter le mal avec seulement un peu de certaines simples.

 

CHAPITRE VIII

Au sujet d’un autre abus de certains MEDICI médecins qui affublent leurs médicaments avec des titres aux vertus prodigieuses alors que les même malades pourraient être soignés par des moyens plus simples et connus (mais ni vains ni onéreux)

 

CHAPITRE IX

Beaucoup parmi les médecins ont en horreur les médicaments chymiques * (2) tandis qu’un bon nombre exècrent les médicaments végétaux ainsi que les remèdes galéniques, ces deux attitudes ne devraient pas exister et on devrait se servir des deux selon ce qu’exige chaque cas différent.

 

CHAPITRE X

Au sujet de certaines autres erreurs qui concernent la personnalité des MEDICI médecins et que l’on ne trouve pas chez les Frères de cet Ordre.

CHAPITRE XI

Il est ici expliqué que les frères de cet Ordre ne sont en aucun cas obligés ni de se manifester parce qu’ils sont appelés à soigner un malade, ni de devoir soigner à leur manière et sans distinction tous les malades autant les incurables que les autres.

 

CHAPITRE XII

De quelle sorte de remèdes font usage les frères de la Société et démonstration qu’ils n’ont recours seulement qu’à des moyens licites et naturels.

 

CHAPITRE XIII

Au sujet d‘une autre loi de la fraternité selon laquelle dans leur déplacement ils ne sont pas tenus de porter aucun habit traduisant leur appartenance à l’Ordre mais qu’au contraire ils doivent se procurer les vêtements particuliers à chaque endroit.

 

CHAPITRE XIV

Au sujet de la troisième loi selon laquelle chaque année à une date précise ils doivent se réunir en un lieu déterminé pour s’accorder ensemble et pour pouvoir converser de leurs secrets.

 

CHAPITRE XV

Au sujet de la quatrième loi selon laquelle chaque membre de cet Ordre a l’obligation de trouver une personne capable de le remplacer au cas où il viendrait à disparaître.

 

CHAPITRE XVI

Au sujet de la cinquième loi selon laquelle les lettres R.C. doivent être utilisées comme SYMBOLI symboles et signes particuliers pour se faire reconnaître entre eux.

 

CHAPITRE XVII

Au sujet de la sixième loi selon laquelle la Fraternité doit rester cachée pendant 100 ans.

 

CHAPITRE XVIII

Quel inconvénient ou préjudice peut résulter pour le bien public et les arts libéraux lorsque la fraternité reste cachée ou qu’après un certain temps elle se révèle à nouveau.

 

CHAPITRE XIX

Preuve que de nombreuses écrits mensongers et des fables sont colportés au nom de la Société : ce n’est pas la fraternité la cause de cela pas mais bien la populace car elle ne peut juger de manière juste de telles choses qui lui sont inconnues.

 

CHAPITRE XX

Preuve que les FRATRES frères de la Société n’ont aucun désir de réforme dans le monde, en religion par la conversion des juifs, ou par des changements de politique comme le feraient certains esprits fantasques qui pour donner libre cours à leur rêves s’avisent de trouver la preuve de cela dans les écrits sacrés : Au contraire, ils désirent rendre un témoignage de soumission à la Vérité et à la droiture.

 

Références: http://www.editionsclarafama.com/esoterisme